Des outils prodigieux mais pas que...

Les tablettes, les ordinateurs et le smartphone sont des outils prodigieux qui ont su se rendre indispensables dans nos vies. Le smartphone nous sert de réveil, d’agenda, d’appareil photo, de pense-bête, de lieu de détente, de boite e-mail, il nous permet d’envoyer des sms et des WhatsApp. 
S’il nous rend bien service, il peut devenir insidieusement très envahissant. Samsung appelle même son smartphone « a life companion », un compagnon de vie ! Je regarde l’homme qui partage ma vie, qui est mon compagnon de vie et je réalise que souvent, je le trompe avec ce compagnon virtuel. Parfois je ne l’écoute pas, je ne le regarde pas, je passe du temps avec cet objet qui aspire notre vie de couple. Je perds mon temps avec un outil qui me fait entrer dans un monde virtuel qui n’est pas celui qui remplit mon coeur véritablement de joie et qui me fait avancer et grandir. 
 
J’oublie aussi parfois mes enfants, toute penchée sur ce foutu compagnon de vie. 
 
Ils me le rappellent avec force et énergie. Et je le repose dans sa boite (loin des yeux, loin du coeur). Je me recentre. Ce que je dois faire sur mon smartphone peut attendre. En revanche le goûter avec eux, là et maintenant, lui ne peut attendre. Dans quelques années, ça ne sera plus qu’un souvenir même si tout de suite maintenant, cela me demande un effort pour gérer les disputes, les frustrations, les « encore », les verres renversés, tous les enfants qui parlent à la fois. Cela me demande de l’énergie, mais ces temps quotidiens resteront le socle de leur vie.
 
L’utilisation excessive du smartphone a des conséquences désastreuses sur nous : 
  • charge mentale élevée par une surdose d’informations
  • augmentation du stress
  • augmentation de l’envie et de l’insatisfaction
  • sentiment de mal-être
  • tristesse
  • difficultés d’attention et de concentration. 
Et lorsque j’utilise mon smartphone en présence de mes enfants, les conséquences négatives s’accumulent : 
  • je suis moins disponible à eux
  • je suis plus irritable
  • je suis plus tendue
  • je suis plus impatiente
  • et au final, ma relation avec eux se détériore. 
Les enfants n’attendent pas que nous soyons 100% disponibles à eux pour partager les choses difficiles de leurs journées, c’est même en général aux moments qui sont le moins opportuns pour nous qu’ils nous partagent quelque chose d’important (un ami qui ne leur parle plus, une injustice, leurs désirs, leurs préoccupations). Si mon smartphone est véritablement mon compagnon de vie, j’envoie comme signal à mon enfant : « je ne suis pas disponible pour toi ». Et l’enfant n’aura plus d’espace pour me parler. Si, lorsque je les retrouve après l’école, je fais ce que je dois faire SANS écran (préparer le dîner, donner le bain, les devoirs etc), alors l’espace pour échanger pourra être créé spontanément par mon enfant. 
 
Lorsque j’interromps régulièrement ce que je fais avec mon enfant pour consulter mon smartphone (ou ma tablette ou mon ordinateur), mon enfant intègre que mon smartphone est plus important que lui. Cela va lui induire du stress et va entraver la construction de sa confiance en lui. 
 
Mais alors, si l’utilisation excessive du smartphone est mauvaise, pourquoi est-ce que je n’arrive pas à décrocher malgré mes bonnes résolutions ? 
Le smartphone permet de fuir un quotidien parfois éreintant et usant. Irrésistiblement, les notifications qui me préviennent de l’arrivée d’un mail, d’un message, d’une publication, attirent mon cerveau et le gratifient d’une décharge de dopamine, un neuro-transmetteur du plaisir. Pendant quelques secondes, je me sens plus vivante, mon rythme cardiaque et ma pression artérielle s’accélèrent. Ce plaisir, aussi éphémère soit-il, appelle d’autres plaisirs. C’est ainsi que la dopamine emprisonne la volonté et conduit à une forme de dépendance ou d’addiction. Quand vous réalisez que vous êtes un peu trop souvent sur votre smartphone en train de surfer plutôt que d’être présent à vos enfants, c’est qu’il est temps de décrocher ! 
 
5 astuces pour moins utiliser son smartphone en famille.
  1. Rangez votre smartphone dans une boite qui n’est pas visible. Loin des yeux, loin du coeur. Vous aurez moins l’envie de le regarder. 
  2. Supprimez les applis sur lesquelles vous venez surfez automatiquement et qui ne vous apportent rien. 
  3. Surveillez votre utilisation en utilisant une application de contrôle du temps
  4. Faites de votre chambre un espace sans écran, achetez un réveil.
  5. Trouvez-vous des bons livres à lire ou des podcasts à écouter pour meubler les temps d’attente dans les trajets et remplir votre cerveau de belles choses ! 
 
Pour vous motiver à déconnecter, pensez à ce que vous gagnerez dans votre vie personnelle et familiale :
  • du temps de meilleure qualité avec vos enfants
  • diminution du stress
  • une plus grande attention et concentration
  • plus de joie
  • plus de créativité
  • plus d’énergie.
Décider de moins utiliser ses écrans, c’est une décision qui peut changer votre vie. Ca a changé la mienne et celle de toute ma famille. C’est aussi une décision qui demande de la volonté… mais pas que ! Et oui, le smartphone peut créer une vraie addiction tout comme l’addiction au tabac, à l’alcool, au sucre ou à la drogue. Il faut donc sortir de l’addiction en changeant un certain nombre d’habitudes, en favorisant les activités qui sécrètent l’ocytocine pour lutter contre le besoin de dopamine (les plaisirs immédiats), ce n’est pas une mince affaire, mais c’est possible ! 
 
Sautez le pas et lancé vous. Nous sommes là pour vous accompagner !

Découvrez nos évènements Gratuits

Réinventer sa vie

Jours
Heures
Minutes

5 jours 5 thématiques pour réinventer sa vie de travail, de famille, mais aussi après l’annonce d’un handicap, d’une maladie, d’un deuil.

30 invités comprenant les meilleurs experts de la psychologie et des témoins inspirants.