Comment faire face au stress : remplir son réservoir affectif.

Nous avons interviewé Cyrielle Vinet, psychologue clinicienne et thérapeute ICV.

Depuis que je suis maman, j’ai pris conscience que j’étais dotée d’un réservoir affectif. Dans ma vie sans enfant, j’étais quelqu’un de relativement stable émotionnellement. Je ne savais donc pas que j’en possédais un. Mon post-partum m’a fait vivre beaucoup de hauts et surtout beaucoup de bas. Mon état émotionnel fluctuait d’une heure à l’autre. Tantôt épanouie, tantôt excédée. Ce réservoir affectif se vidait très vite : une remarque mal placée, le retard de quelques minutes de mon compagnon qui rentrait du travail, mon impuissance face à ce nouveau bébé. De l’autre côté, il se remplissait aussi très rapidement : un tour dans le quartier, une discussion avec une amie, écouter un podcast intéressant. J’ai donc commencé à écouter et apprivoiser cette réserve d’énergie. J’en ai fait mon meilleur allié.

J’appelle donc réservoir affectif, cette jauge qui doit être entretenue afin de bien prendre soin de nous et de nos enfants.

Un réservoir rempli permettra de se sentir épanoui, serein, et heureux d’être avec ses enfants. Le réservoir vide peut avoir comme conséquence de s’énerver et d’être irritable, voire de tomber dans un burn-out parental. La relation avec son enfant peut donc en être abîmée.

La parentalité est un équilibre fragile. Pour surfer sur la vague de la parentalité il faut faire connaissance avec son réservoir affectif. C’est-à-dire, connaître en amont ses ressources et les situations qui vont nous stresser. J’évite donc de côtoyer pendant un temps ma grand-tante qui donne son avis sur la manière dont je dois éduquer mon enfant. Et je me prévois de passer par ma librairie préférée pour m’acheter le dernier roman tant convoité.

Comment mon réservoir affectif se remplit ? Qu’est-ce qui le vide vite ? Qu’est-ce qui le remplit d’autant plus? Qu’est-ce qui m’apaise ? Il est possible de faire une liste de ses ressources afin de piocher dedans quand nous sommes dans le rouge.

Plus nous saurons écouter notre état émotionnel, plus nous pourrons communiquer avec son enfant avec sérénité.

Encore une fois, prendre conscience et apprivoiser son réservoir affectif prend un peu de temps. Et même quand on s’en est fait un ami, on se fait souvent prendre au piège. « Aïe, je ne l’ai pas vu venir celle-là, may day, may day ! »

De manière plus générale, je dirais que c’est tout l’art de prendre soin de soi, pour pouvoir prendre soin des autres. Je vous invite à faire une liste de ses ressources afin de piocher dedans quand vous êtes dans le rouge. Trouver de toutes petites solutions est très important, car nous n’avons souvent pas beaucoup de temps devant nous.

En cas d’urgence, quelques idées de ressources :

  • Prendre quelques minutes pour aller respirer (Pourquoi ne pas se télécharger une application de cohérence cardiaque ?)
  • Allez prendre un grand verre d’eau ou se préparer son thé favori
  • Sentir une huile essentielle apaisante
  • Aller crier au fond de son jardin (ou dans un coussin)
  • Envoyer un message à une amie qui vit les mêmes galères
  • Mettre au four votre pizza surgelée préférée
  • Se dire que quand se moment sera passé, vous ferez de l’aquarelle, vous regarderez votre épisode de série tant attendu
  • Passer le relais

Construisez maintenant vos idées de ressources. 

Je vous conseille d’écrire une liste que vous accrocherez aux toilettes ou sur votre frigidaire. En cas de stress, nous perdons pied et oublions que nous avons beaucoup de ressources en nous et à développer. Vous aurez donc besoin de lire cette liste pour piocher dedans ! 

Prenez maintenant 10 minutes pour construire votre liste de ressources.

Prenez rendez-vous maintenant avec un de nos psychologues spécialisé dans le stress !