En quoi vivre la pleine conscience en famille peut nous aider ?

Vahiria Verdet-Janbon est psychothérapeute pour enfants et adolescents et également instructrice de méditation en pleine conscience , certifiée par l’Association pour le Développement de la Mindfulness (ADM) et par l’Académie Mindful Teaching (Méthode Eline Snel pour les enfants). Suivez dès maintenant le parcours Elever son enfant sans crier, c’est possible afin de vivre une parentalité plus apaisée et heureuse !
 
Qu’est-ce que la pleine conscience ? 
 
L’idée de la pleine conscience est de s’exercer à vivre dans le moment présent, en acceptant ce qui est la, sans le juger, et ceci à travers des méditations formelles guidées que nous écoutons en silence, mais aussi lors de nos activités quotidiennes. Par exemple, s’exercer à manger en pleine conscience nous permet de savourer ce que nous mangeons, plutôt que de manger automatiquement sans nous en rendre compte. Les méditations formelles nous permettent de faire une pause dans nos rythmes de vie effrénés.
 
Est-ce une pratique religieuse ? 
 
La méditation en pleine conscience ou mindfulness est une forme de méditation laïque, contemporaine et scientifique. Issue du bouddhisme et de traditions anciennes autant occidentales qu’orientales, elle a été introduite aux Etats-Unis dans les années 70 par le professeur J Kabat-Zinn au sein de services hospitaliers pour réduire le stress et la douleur chronique. Une étude de l’Inserm a confirmé ses bienfaits dans le milieu scolaire (voir l’étude).
 
Quelle est la différence entre la méditation pleine conscience et la relaxation ? 
 
La méditation en pleine conscience est un entrainement de l’attention dans la bienveillance, une attention curieuse, ouverte, sans jugement. Ce n’est donc pas une méditation qui a pour but de nous relaxer. Lors d’une méditation en pleine conscience, nous pouvons éventuellement nous relaxer, mais ce n’est pas le but recherché. Nous entraînons notre attention à ressentir nos sensations corporelles et notre souffle, et ceci va nous permettre de développer tout un ensemble de qualités : nous aider à mieux gérer nos fortes émotions, comme nos peurs ou notre stress, être bienveillant avec nous-mêmes et donc avec les autres, se rendre compte de nos automatismes de pensées, développer notre patience et notre concentration.
 
En quoi la méditation pleine conscience peut-elle nous aider en tant que famille ? 
 
Dans une situation de tourmente, la pleine conscience peut nous aider à y faire face de multiples façons :
  • La pleine conscience nous apprend à être plutôt qu’à faire, à prendre le temps de faire en pleine conscience chaque activité. Prendre le temps de savourer un repas, notre douche, un film, plutôt que de toujours penser à ce qui va suivre, va constituer un outil précieux.
  • La pleine conscience va également nous aider à réguler toutes nos émotions entraînées par cette situation incertaine. En effet, au quotidien, nous pouvons être traversé(e) par la tristesse, la colère, la frustration, l’angoisse, la culpabilité. S’entrainer à faire des pauses respirations, pour être dans la réponse plutôt que la réactivité, va nous apporter une grande aide.
  • La pleine conscience nous entraine également à la bienveillance, c’est à dire à accepter nos ressentis, nos pensées et nos émotions ainsi que ceux des autres, sans tout de suite les juger et les critiquer. Et ça, déjà en situation normale, ce n’est pas facile, mais en situation incertaine, c’est encore plus difficile.
  • L’acceptation nous entraine aussi au lâcher-prise, et là aussi, face à une situation que nous ne contrôlons pas, c’est un outil particulièrement utile pour toute la famille
 
Comment l’instaurer en famille ? 
 
La pleine conscience est efficace lorsqu’elle est pratiquée régulièrement. Comme un sportif s’entraine pour améliorer ses facultés physiques, l’attention sur le moment présent s’entraine de la même façon.
On peut écouter de courtes méditations tous les matins, par exemple, pour bien démarrer la journée, ou le soir, si on rumine et qu’on a du mal a s’endormir.
Mais surtout, on peut s’entrainer à vivre le présent en pleine conscience comme si on faisait un jeu. Au moment du repas par exemple, en mangeant un aliment ou un plat, chacun peut décrire avec tous ses sens ce qu’il mange : la couleur, la texture, le goût… sans jamais porter de jugement. Vous pouvez le faire aussi à d’autres moments de la journée en proposant de décrire tout ce que vous ressentez, quand vous êtes assis, ou au moment du coucher.
 
Et si on n’y arrive pas ? 
 
La pleine conscience est un chemin de vie. Il n’y a pas de notion de réussite ou d’échec. On pratique, on s’entraine, toujours et encore. Par exemple, lorsque l’on se concentre sur notre souffle, il y aura toujours des pensées qui viendront détourner notre attention, que l’on pratique depuis 1 jour ou depuis 10 ans. Et puis, chaque pratique sera différente, chaque jour. Mais à chaque fois, nous noterons où nos pensées sont parties et nous ramènerons notre attention avec bienveillance sur notre corps. Et puis, développer les qualités, telles que la bienveillance, la patience, la tolérance, la confiance, ne vont pas s’apprendre en 1 jour. Si au début vous n’arrivez pas à pratiquer les méditations, commencez par les jeux pour vivre le présent en pleine conscience. Cela peut changer la couleur de votre journée !