Renforcer sa résilience personnelle

Nous avons interviewé le docteur Emmanuel Contamin, psychiatre, thérapeute et superviseur EMDR.

Le docteur Emmanuel Contamin est psychiatre, praticien et superviseur EMDR, il a publié deux ouvrages d’auto-soin et d’auto-thérapie : Guérir de son passé: Avec l’EMDR et des outils d’autosoin chez Odile Jacob et Prenons soin de nous ! Guide pratique d’auto-thérapie. Emmanuel est spécialisé dans les thérapies des stress-post traumatiques, qu’ils soient récents ou provenant de blessures dans l’enfance. En plus de son exercice en cabinet libéral, il pratique des protocoles EMDR de groupe pour des personnes en précarité sociale, notamment des migrants. Il a à cœur de mettre à disposition de tous des outils efficaces pour mieux gérer ses émotions et vivre au présent.

Je tire cet article du premier chapitre de mon ouvrage « Les 5 cercles de la résilience » paru aux éditions Larousse. 

Voici  les ressources qui ont été observées chez les personnes les plus résilientes, d’après les recherches d’Anaut en 2005.

Ces ressources ont été retrouvées chez les personnes qui ont une très grande capacité à rebondir face aux évènements difficiles de la vie.

Des capacités cognitives :

  • Intelligence (telle que mesurée par le QI), mais surtout
  • Capacité à prendre du recul et à résoudre des problèmes,
  • Flexibilité mentale (adaptabilité au changement), l’humour et la créativité.

Des capacités sociales :

  • Empathie, l’altruisme,
  • Compétences sociales, et en particulier la capacité à repérer et à mobiliser des personnes sur qui on peut compter.

Et des traits de personnalité, souvent décrits comme des « forces du Moi » :

  • Autonomie, estime de soi, confiance en soi (sentiment de compétence et de contrôle)
  • Capacité à gérer et réguler des émotions déplaisantes ; persévérance face à l’adversité ; expérience d’avoir déjà été capable de traverser des crises
  • Vision positive de l’avenir ; valeurs et objectifs forts ; courage, optimisme
  • Capacité à donner du sens à l’événement
  • Religion.

Mais la résilience est surtout un processus dynamique, où ces facteurs personnels interagissent avec la qualité des relations proches et les soutiens sociaux plus élargis. Il serait à mon avis assez vain de la considérer de façon statique, comme quelque chose qu’on aurait (ou non) la chance d’avoir.

Le plus intéressant est d’étudier les processus de résilience et la façon dont nous pouvons les cultiver !

Nous partirons de notre corps, continuerons avec nos émotions, puis arriverons aux forces du Moi.

  • Cultivons d’abord la résilience de notre corps, par notre mode de vie
    • Il est important d’avoir une bonne alimentation
    • De faire régulièrement de l’exercice physique
    • D’avoir un sommeil de qualité 
    • De cultiver le contact avec la nature
    • De réduire son exposition aux écrans et le discernement des sources d’informations.

  • Le travail sur les émotions est nécessaire pour renforcer notre liberté et notre résilience
    • Apprendre à comprendre nos émotions.
    • Il est essentiel d’avoir pu traiter notre stress post-traumatiques si nous en avons vécu un traumatisme.
    • La méditation de pleine conscience  permet de développer un espace de recul pour accueillir nos émotions.
    • Apprendre à réguler nos émotions douloureuses débordantes et à revenir dans notre fenêtre de tolérance.
      • Notamment avec des exercices comme celui de la respiration anti-panique que vous trouverez ici.
      • l’ancrage dans le corps et les frontières.
    • Renforcer nos émotions épanouissantes
      • en pratiquant l’art de la gratitude, une attitude toute simple qui développe des émotions satisfaisantes.
      • en pratiquant une méditation d’auto-compassion et de compassion.

  • Renforcer nos forces du moi renforcera notre résilience en :
    • Renforçant nos forces de caractère personnelles
    • Renforçant nos ressources spirituelles et nos valeurs fondamentales
    • Élaborant un plan de résilience (voir  :
      • Quels sont mes soutiens ?
      • Quelles sont mes stratégies ?
      • La sagesse ?
      • Mes solutions ?

Pour cultiver notre résilience personnelle, prenons d’abord soin de notre corps et de notre hygiène de vie ; et nous avons vu que pour cela, il nous faut aussi mieux vivre avec nos émotions : la pleine conscience nous aide à les accepter, mais nous devrons parfois apprendre à réguler des émotions débordantes.

Si celles-ci sont trop fréquentes ou douloureuses, elles viennent sans doute de traumas du passé non digérés, et je vous encourage alors à ne pas vous priver d’une aide thérapeutique !

Quoi qu’il en soit, notre résilience sera renforcée par le renforcement de nos émotions épanouissantes comme la gratitude et la compassion ; par le renforcement de nos forces du Moi ; et par le renforcement des ressources spirituelles ou des valeurs fondamentales qui donnent du sens à notre vie, et nous permettent de continuer à nous projeter positivement dans le futur.

Nous avons aujourd’hui une conscience aigüe des enjeux de résilience pour notre vie sociale sur notre planète, et du fait que tout est lié. Au fond, notre principale source d’inquiétude est notre relation aux autres, la crainte d’une régression vers la barbarie ; et notre principale ressource de résilience repose aussi sur nos relations, avant tout à notre famille

Prenez rendez-vous maintenant avec un de nos psychologues.