Qu’est-ce que le Trouble du Stress Post-Traumatique ?

Vous avez vécu un évènement traumatisant, et avec ressenti un AVANT/APRES : quelque chose s’est arrêté dans le temps, vous tournez en boucle autours de cet évènement, vous avez le sentiment de ne plus pouvoir avancer….

Vous souffrez peut-être de Trouble de Stress Post-Traumatisme (TSPT).

Le TSPT est source de grande souffrance : la personne revit en permanence l’évènement : c’est comme si l’évènement ne s’était jamais terminé, qu’il faisait partie du présent avec toute la charge émotionnelle angoissante qu’il implique.

Ce trouble de plus en plus connu désigne un ensemble de symptômes qui on un réel impact sur le bien-être de l’individu :

  • des reviviscences de l’évènement : flashbacks, images qui reviennent en boucle, cauchemars, sentiment de danger permanent…

  • un évitement de tout ce qui pourrait rappeler le traumatisme : des lieux, des films, des personnes, sujets de discussion …etc. Le but est d’éviter le sentiment douloureux auquel est lié le trauma, et l’angoisse qu’il engendre.

  • hyperréactivité, troubles de l’humeur

  • difficultés neurovégétatives : troubles du sommeil, sentiment de danger permanent  (hypervigilance des bruits, …), difficultés de concentration,…

Si ces symptômes persistent plus de 2 ou 3 mois après l’évènement, on parle de TSPT.

L’entourage de la personne souffrant de ce trouble peut ne pas comprendre : « c’est fini maintenant, passe à autre chose ! » « recommence à vivre ». L’individu peut alors se sentir incompris, rejeté, emprunt de honte… Pourtant, bien qu’il veuille avancer, il n’y arrive pas.

POURQUOI MON CERVEAU EST-IL BLOQUÉ ?

Lors de l’évènement traumatique, le cerveau est sursollicité par la violence de la scène. Alors, le sujet se fige tellement il se sent impuissant et bloqué. Alors, au lieu de traiter l’information, le cerveau va également figer celle-ci dans le cerveau émotionnel (système limbique). Normalement, l’information doit circuler dans le cortex cérébral afin que l’information soit traitée, puis stockée en mémoire.

Mais ici, le traumatisme fait dysfonctionner la mémoire : la scène traumatique n’est pas encodée comme un souvenir !

Cela donne une impression de présent au sujet : l’évènement n’appartient pas au passé pour son cerveau, si bien que les pensées et images de l’évènement s’imposent à lui.

Un impact sur la santé physique

A force de se répéter, ces symptômes engendrent une mécanique physiologique de stress : l’individu en souffrance est en permanence en état de stress intense !

Cet état de stress peut engendrer, à terme, des problèmes de santé physique, de la comorbidité (souffrir d’autres maladies en plus de ce trouble), des troubles dépressifs ou phobiques, ou encore des tentatives de suicide.

Le TSPT a donc des conséquences aussi bien physiques que psychiques, sociales et professionnelles.

Agir pour guérir

La bonne nouvelle, c’est que des outils concrets existent pour surmonter un traumatisme ! Les patients ayant suivi une psychothérapie pour surmonter ce trouble ont observé de nettes améliorations dans leur quotidien, et une baisse significative des symptômes et de l’anxiété.

Tout l’enjeu est de permettre au sujet de traitée l’information de l’évènement traumatisant qui est restée bloquée dans le cerveau émotionnel (appelé le système limbique), pour que celle-ci circule dans le cerveau, afin d’être traitée comme un souvenir passé et non présent (dans le cortex cérébral).

Pour traiter le traumatisme, chaque psychothérapie a ses façons de faire. La plupart proposent au patient de repenser au souvenir traumatique pour stopper l’évitement de celui-ci. Seulement, cette immersion dans le souvenir traumatique est très brève, car comme nous l’avons déjà précisé, rapidement l’information va circuler dans le cerveau grâce à la thérapie pour être traitée comme un souvenir passé.

Ainsi, le trouble de stress post-traumatisme est source de grande souffrance et peut avoir des conséquences graves si on ne le soigne pas. Cependant, beaucoup de psychothérapeutes sont là pour vous aider. Leurs méthodes reconnues peuvent déjouer le blocage du cerveau dont nous avons parlé, et permettre de dépasser les symptômes. 

Nos psys qui prennent en charge le trouble du stress post-traumatique