Suis-je au bord du burn out ?

De nos jours, le mot burn-out est utilisé un peu à toutes les sauces et lorsque l’on se sent fatigué, dépassé, on peut vite croire qu’on y est. Quels sont les signes à guetter pour savoir si c’est le cas et s’il est temps de s’inquiéter ?
 
C’est Herbert Freudenberger, psychologue américain, qui a créé le mot burnout en 1974 et a décrit les symptômes qui y sont associés et qu’il a repéré dans le monde médical. Le burn-out n’est pas une dépression (mais il peut y mener s’il n’est pas correctement suivi) et cela n’a rien à voir non plus avec la crise de la quarantaine ou de la cinquantaine ou de toute autre période de la vie !
 
Une dépression est une maladie psychiatrique où l’on ressent notamment de la tristesse, une sensation de vide, une perte de sens, un manque d’envie. Les hormones du stress sont perturbées avec en général des niveaux insuffisants le matin et trop élevés en deuxième partie de journée. 
 
La crise de la quarantaine est quant à elle une crise psychologique qui amène à questionner le sens de sa vie lorsque l’on sent la vieillesse approcher.
 
Le burn-out est lui un état d’épuisement total, physique, émotionnel et mental qui dure dans le temps et est dû à trop de tout pendant trop longtemps. Mais l’envie, la « flamme vitale » est toujours très présente et physiologiquement, les hormones du stress sont elles quasi absentes de façon constante.
 
Trop de travail, trop de stress, trop de pression… Peu importe la raison, on en a trop fait pendant trop longtemps… Un jour, le corps et la tête passent brutalement sur « off ». Dans la plupart des cas, la personne s’effondre subitement ou n’arrive physiquement pas à se lever le matin. D’un moment à l’autre, tout bascule.  
 
Pour savoir si vous êtes au bord du burn out, vous pouvez être attentif aux 6 signes suivants :  
  • Tout d’abord non seulement vous commencez à vous sentir dépassé.e, fatigué.e, peut-être même anxieux.se ou frustré.e, mais au lieu de ralentir, vous appuyez sur l’accélérateur. 
  • Vous avez plus de mal à mémoriser, à vous concentrer.
  • Vous êtes peut-être aussi plus impatient, énervé, vous répondez peut-être un peu plus brusquement que d’habitude. Ou vous fondez en larmes facilement.
  • La fatigue s’installe, les « petits maux » peuvent se faire plus nombreux (douleurs physiques, maux de têtes, troubles digestifs…).
  • Si vous pratiquez régulièrement un sport ou une activité physique, l’envie peut vous prendre de faire encore plus de sport. 
  • Votre sommeil commence à être plus perturbé. Le plus souvent, cela commence par des réveils beaucoup plus tôt que d’habitude, le cerveau en ébullition.
Si la plupart de ces signes sont présents, il est temps que vous fassiez une pause pour comprendre le phénomène du burn-out et que vous appreniez à prendre soin de vous ! C’est ce que je vous propose dans mon coaching « prévenir et sortir du burn out ».